Intention de réalisation de 7 milliards d'Autres

Dès le départ, la principale intention de réalisation de « 7 milliards d’Autres » est d’écouter pour mieux comprendre.

Le rapport direct avec l’interviewé crée une intimité et permet au spectateur de vivre des rencontres personnelles et émouvantes. Il peut s’identifier à travers les paroles de ces personnes de toutes origines.

Cela s’exprime aussi par la proximité de notre façon de filmer : la caméra est statique et seul le visage apparaît à l’écran. Le fond est toujours neutre, le regard fixe la caméra. De cette manière, la personne interrogée s’adresse directement aux spectateurs sans aucun artifice.

La volonté de notre projet est de transmettre par le témoignage ; que les expériences des uns viennent enrichir et faire réfléchir chacun d’entre nous.

Nous le constatons bien, ce mode de transmission fonctionne et touche le spectateur puisqu’au sein de nos expositions uniquement composées de ces témoignages vidéo, les visiteurs restent en moyenne 3h40 (le temps de visite moyen des musées étant de 1h15).

Nous souhaitons donc travailler dans ce sens pour arriver à transmettre et à partager toutes ces expériences, ces vécus, ces récits qui représentent autant d’états des lieux de la situation d’un pays.

En allant à la recherche de ces histoires de tous les jours ; en interrogeant sur ce qui fait peur, ce qui fait rire, pleurer, ce qui rend heureux, sur l’avenir, les enfants... nous allons comprendre les besoins, les craintes et les perspectives de ces populations et de ces pays en devenir.

Nous avons souhaité traiter des Objectifs du Millénaire pour le Développement sous un angle sensible et humain, sans jugement de valeur. En utilisant le prisme des sentiments et des récits quotidiens, nous traitons des problématiques de santé, d’éducation, de pauvreté, de développement économique mais aussi de protection de l’environnement. Nous verrons l’implication de ces enjeux dans le quotidien de toutes ces femmes et ces hommes et nous les mettrons en perspective pour entrapercevoir les opportunités et les voies de développement de chacun de ces pays et de chacune de ces situations.

Même si les sujets sont précis : lutte contre la pauvreté, éducation primaire, santé maternelle, égalité des sexes… notre angle ne se veut pas direct ni journalistique, mais plutôt dans le questionnement, la découverte et l’empathie ; comme nous l’avons toujours fait pour « 7 milliards d’Autres ».

Pour transmettre au plus grand nombre, nous utilisons l’écran comme un reflet de chacun. Par ce biais, nous montrons les différences mais aussi et surtout la proximité des sentiments et des émotions que nous avons avec chaque être humain ; partout dans le monde et au-delà de tout contexte local.

Car c’est en comprenant l’Autre que nous nous sentirons tous plus proches et donc plus solidaires.