Objectif 2 : Assurer l’éducation primaire pour tous

 

CIBLE - D’ici à 2015, donner à tous les enfants, garçons et filles, partout dans le monde, les moyens d’achever un cycle complet d’études primaires

 

• L’accès à l’éducation détermine l’avenir des garçons et des filles. L’éducation les insère dans la société et les prépare à la vie civique. Elle contribue aux avancées de la démocratie et des droits de l’homme. 

• L’éducation est la base du développement. Elle est indispensable à la lutte contre la pauvreté. Elle est une condition de la croissance économique. Elle contribue aux progrès de la santé et à la protection des ressources naturelles. 

• L’éducation pour tous concerne aussi la durée et la qualité de l’enseignement. 

• De 1999 à 2009, le nombre d’enfants n’ayant pas accès à l’éducation de base est passé de 96 millions à 72 millions. Malgré ces progrès incontestables, 37 pays risquent de ne pas atteindre la scolarisation primaire universelle en 2015.

 

Constat : 

Dans les nations les plus pauvres, 1 enfant sur 5 n’a pas accès à l’éducation primaire.



Objectifs :

Donner à tous les enfants, partout dans le monde, les moyens d’achever un cycle complet d’études primaires.

Référence 1990 : 81 %

Situation 2009 : 88 %
Objectif 2015 : 100 %

Source : projet « Huit Fois Oui » mis en œuvre par l’AFD et le MAEE

En détails :
La pauvreté constitue le plus gros obstacle à l’éducation, mais il existe aussi des barrières sociales et culturelles. Dans beaucoup de pays, l’éducation des filles et des enfants handicapés est perçue comme ayant moins de valeur, ce qui renforce un phénomène de marginalisation.

Les inscriptions dans le cycle primaire ont encore ralenti, avec une augmentation d’à peine 2% de 2004 à 2009, assombrissant l’espoir d’atteindre la cible de l'objectif d’une éducation primaire pour tous d’ici à 2015.
Pour arriver à l’éducation primaire universelle, il faut que tous les enfants du monde terminent le cycle primaire. Les statistiques actuelles révèlent que l’on est loin d’atteindre cet objectif.

Le fait d’être une fille, d'être pauvre ou de vivre dans un pays où un conflit fait rage représente l’un des trois facteurs les plus courants expliquant la non scolarisation des enfants.
L’absence de financement pour l’éducation en situation de crise représente l’un des obstacles majeurs qui empêchent de remédier à la situation. Seulement 2% de l’aide humanitaire est allouée à l’éducation dans le monde.

L’Afrique subsaharienne vient en tête concernant l’amélioration des inscriptions dans le primaire.
Le fait d’être une fille, pauvre ou de vivre dans une zone de conflit accroît la probabilité que les enfants ne seront pas scolarisés.

Les enfants réfugiés se heurtent à des obstacles importants s’ils veulent recevoir une éducation.
La majorité des enfants non scolarisés en Afrique subsaharienne ne pénétreront jamais dans une salle de classe.

L’Asie du Sud et l’Afrique du Nord montrent l’exemple dans la lutte contre l’analphabétisme parmi les jeunes.

Fiche d’information sur l’objectif 2

Source : portail du système de l’ONU sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement